Acrylique sur toile 40 x 30 po
102 x 76 cm     16 600 $ CDN
X
 
 
Lire le texte électroniquement.
Leclerc débuta Le fardeau de la preuve le jour où il reçut une lettre du ministère de la Justice. Cette lettre lui annonçait la date du procès qu'il intentait à son ancien encadreur pour avoir brisé le matériel qu'il lui avait confié. C'est, pour Leclerc, le genre d'événement qu'il ne prise pas particulièrement, pour ne pas dire qu'il déteste. Voici un fait très intéressant qu'il me conta le samedi 10 novembre 2007, le soir où il termina ce tableau.

Leclerc s'était rendu la veille chez un imprimeur de Baie-Saint-Paul afin de finaliser l'impression du livre Mon Nouveau Surréalisme. Lorsqu'il pénétra dans la place, il remarqua qu'un homme était assis près du mur de gauche, au fond du couloir. Une femme, qui faisait face à cet homme et avec qui il conversait, cachait la réceptionniste qui se tenait derrière son comptoir. Leclerc s'avança jusqu'à leur niveau, leur jeta un coup d'œil amical, les salua d'un hochement de la tête puis, s'avança encore jusqu'à atteindre le comptoir. Madame la réceptionniste était en conversation téléphonique.

L'image de l'homme sur la chaise repassa dans sa mémoire. Il se retourna vers lui. Tous deux s'observèrent pendant quelques secondes.

- Je vous connais, lui dit Leclerc.

- Ah, non ! Moi qui me disais que, pour une fois, je ne serais pas reconnu.

- Vous étiez greffier à la cour des petites créances à la Malbaie, je crois. J'ai justement un rendez-vous à la cour des petites créances lundi prochain. J'ai une cause qui attend depuis presque un an.

Après que Leclerc lui eut donné des explications, l'ancien greffier lui répondit :

- Le fardeau de la preuve ! Vous allez avoir le fardeau de la preuve !

- Vous ne me croirez peut-être pas, lui répondit Leclerc, mais je suis à terminer une toile qui porte justement comme titre Le fardeau de la preuve.


Le lendemain ...
La convocation pour le procès indiquait 10 heures, mais dès 9 heures, Leclerc faisait les cent pas sur la rue, au pied du palais de justice de La Malbaie. Un soleil radieux réchauffait quelque peu le temps frisquet de la mi-novembre et magnifiait le superbe panorama qui s'offrait à lui.
...
Tous se levèrent à l'arrivée du juge et attendirent que ce dernier se soit assis. Une greffière à l'accent des provinces Maritimes assermenta les protagonistes puis, en se tournant vers Raymond Leclerc, le juge luit dit :
- C'est vous, Monsieur Leclerc, qui affirmez avoir été lésé ?
C'est donc vous qui avez le fardeau de la preuve !

Et je vous le jure à l'instant, chers lecteurs, que tout ça se passa exactement comme ça !
Choisissez la brillance d'image la plus appropriée pour votre écran.
Format de l'image
X